Dès le début du mandat du Professeur Alpha CONDE, la volonté politique de renforcer la justice et de la rendre indépendante pour la mettre au service de l’Etat de droit et des libertés a été confirmée.

Cela s’est traduit par : 

  • La promulgation des lois n°054 et n°055 du 17 mai 2013 portant respectivement Statut de la magistrature et attributions et fonctionnement du Conseil supérieur de la magistrature ; 
  • La mise en place effective du Conseil supérieur de la magistrature le 09 juillet 2014 ; 
  • La signature et l’application effectivedu Décret n°2014/146/PRG/SGG fixant le régime de rémunération des magistrats, rapprochant ainsi sensiblement la situation des magistrats guinéens à celle de leurs collègues de la sousrégion ; 
  • La nomination en octobre 2014 et janvier 2015 des magistrats des cours et tribunaux par le Conseil supérieur de la magistrature ; 
  • L’adoption de sanctions disciplinaires par le Conseil supérieur de la magistrature allant des rétrogradations de grades à la révocation définitive; 
  • La mise en place de la Haute Autorité de la Communication (HAC), chargée de réguler la communication audiovisuelle, écrite  et en ligne ; 
  • La nomination et l’installation du Médiateur de la République, chargé de formuler des recommandations aux pouvoirs publics tendant à plus de justice et d’équité en faveur des administrés ; 
  • La mise en place de l’’Institution nationale indépendante des droits humains (INIDH), chargée de la promotion  et de la protection des droits humains ;  
  • La mise en place de la Cour constitutionnelle, composée exclusivement de magistrats et de personnalités élues par leurs pairs et dont la mission essentielle est de statuer sur les contentieux des élections présidentielles et législatives et sur les contentieux des droits de l’Homme ; 
  • Le renforcement de capacité des magistrats, la rénovation et l’équipement des juridictions ; 
  • La construction d’une Chancellerie digne de ce nom ; 
  • La construction de la Justice de Paix de Coyah et du Tribunal de première instance de Boké ; 
  • La rénovation des Justices de Paix de Dalaba, Pita, Kouroussa, Mandiana et Siguiri dans le cadre des Fêtes tournantes de l’Indépendance ; 
  • La rénovation de la Prison civile de Coyah ; 
  • La mise en place effective de la Commission Nationale OHADA, en abrégé CNO.